skip to Main Content

Les réseaux criminels

Sous la direction de Rémi Boivin et Carlo Morselli
Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal. 2016.

Les principes de l’analyse de réseaux sociaux (ARS) sont utilisés depuis plusieurs années dans différentes disciplines des sciences sociales. Ce n’est pourtant que récemment que les criminologues se sont attardés à l’appliquer à leur champ d’études. L’ouvrage Les réseaux criminels témoigne de l’engouement des scientifiques à utiliser l’analyse de réseaux sociaux pour comprendre la criminalité.

Sous la direction de Rémi Boivin et de Carlo Morselli, cet ouvrage collectif résulte de la fusion des contributions d’une communauté de chercheurs internationaux et francophones ayant participé à un colloque portant sur l’analyse des réseaux criminels.

L’objectif de l’ouvrage n’est pas de présenter en profondeur les grands principes de l’analyse de réseaux sociaux, mais bien d’illustrer ses concepts par l’étude du crime et des délinquants. On y propose également l’analyse de réseaux comme outil méthodologique innovant dans l’appréhension et l’explication de phénomènes criminels complexes.

Le livre est structuré de façon à ce que le lecteur soit d’abord initié aux bases de l’analyse de réseaux sociaux. Il présente par la suite deux sections. Le première regroupe des textes portant sur des enjeux conceptuels et pratiques liés à l’utilisation de l’analyse de réseaux dans l’étude du crime; la seconde présente des exemples d’applications des principes de l’analyse de réseaux sociaux à la compréhension des activités criminelles ainsi que l’impact des réseaux criminels sur les activités délinquantes.

Les sujets abordés inhérents à la criminologie sont, d’un chapitre à l’autre, complètement différents, de même que la façon d’appliquer les principes de l’ARS. Ainsi, dans la première section du livre, le lecteur va de la découverte des diverses représentations visuelles possibles des ARS au profilage physico-chimique des stupéfiants en passant par des préoccupations plus conceptuelles et méthodologiques. Les illustrations d’utilisation de l’ARS s’appliquent à des sujets également diversifiés. À titre d’exemple, y sont abordés les réunions mafieuses, les carrières criminelles, la codélinquance, les courtiers, les réseaux criminels communiquant sur le web, les skinheads… La diversité des contributions assure aux lecteurs le point de départ pour l’exploration de différents concepts, des méthodes et des exemples d’application. Cette diversité limite toutefois la possibilité d’approfondir le sujet.

De façon générale, la contribution des auteurs est de grande qualité, d’autant plus précieuse puisque tous les textes sont en français. Cet ouvrage s’adresse à un public averti qui s’intéresse à la fois à l’analyse de réseaux sociaux et à la criminalité, bien que des chercheurs provenant de diverses disciplines des sciences sociales puissent y découvrir un ensemble de méthodes et d’exemple d’application assez impressionnants de l’analyse de réseaux sociaux. Bref, un ouvrage à consulter autant pour s’initier que pour découvrir l’analyse de réseaux sociaux appliqués à la criminologie.

SABRINA LESSARD
Université de Montréal

Back To Top
×Close search
Rechercher