skip to Main Content

La toxicomanie

Mohamed Ben Amar
Montréal: Presses de l’Université de Montréal. 2015.

Selon Statistique Canada (2012), près de 4% de la population canadienne âgée de 15 ans et plus fournirait des indices laissant croire à un trouble lié à l’utilisation de substances psychoactives au cours de l’année. Quatre pour cent, ça peut paraître faible! Plus d’un million de personnes, c’est énorme ! C’est pourtant le nombre de canadiens qui présenteraient un trouble lié à l’usage de l’alcool ou de drogues, et on peut certainement croire qu’il s’agit d’une sous-estimation. Que l’on travaille dans un Centre de réadaptation, dans une prison ou un pénitencier ou encore dans un organisme communautaire, il est fort probable que l’on soit confronté à la toxicomanie d’une bonne partie de la clientèle. Il s’avère alors important d’avoir sous la main un livre de référence crédible afin de bien comprendre et d’intervenir efficacement.

Ce livre écrit par Mohamed Ben Amar rassemble les connaissances actuelles les plus utiles pour qui ne veut pas s’obliger à consulter une vingtaine de documents portant sur les toutes dernières études. En effet, cet ouvrage ratisse très large. Il aborde à la fois la pharmacologie et la toxicomanie ; le fonctionnement des neurones aussi bien que le fonctionnement social ; les classifications et les législations.

Dans tous les chapitres, Mohamed Ben Amar traduit les résultats de recherche dans un vocabulaire accessible aux non-chercheurs. Il ne se limite pas à y présenter des résultats de recherche, mais expose également les éléments diagnostiques qui permettent aux intervenants en toxicomanie de mieux saisir les problématiques auxquelles ils font face et ce, en des termes accessibles aux non-spécialistes. Il y présente les lois de façon à ce que les non-juristes les comprennent. En somme, il érige des ponts entre différentes expertises.

Cet ouvrage affirme haut et fort et ce, dès la première ligne de son premier chapitre avec une citation de la Cour Suprême des États-Unis, que la toxicomanie ne constitue pas un crime. Plus qu’un problème de délinquance, il s’agit principalement de trajectoires qui, graduellement donnent lieu à un style de vie, souvent difficile à modifier (Brochu et Parent, 2006). Néanmoins, nos études (Brochu 2005) nous amènent aussi à nuancer cette même citation de la Cour Suprême des Etats-Unis en affirmant que la toxicomanie n’est pas qu’un problème de santé. En effet, il faut nous éloigner des conceptions un peu trop simples ou confortables de la toxicomanie. Le livre de Mohamed Ben Amar y contribue de façon remarquable.

Dans cet ouvrage, l’auteur nous laisse peu déceler ses positions personnelles, si ce n’est qu’au niveau de ses dispositions contre la répression des personnes toxicomanes ; et encore ici, il s’appuie sur des données probantes. Non, ce texte n’est ni polémique ni partisan, il est à peine critique. Il s’agit plutôt d’un compendium de nos connaissances acquises depuis le début du XXIe siècle. Certains le qualifieront d’un livre d’introduction au monde des drogues et des toxicomanies, je dirais qu’il s’agit d’un document encyclopédique. Pour paraphraser le titre d’un célèbre film de Woody Allen, vous y trouverez tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur… les drogues.

Le style même d’écriture reflète bien la position épistémologique de l’auteur. Ce style informe et documente. Les picots, les énumérations, les figures et les tableaux ont été préférés à de longs plaidoyers intuitifs ou émotifs. Certains de ces tableaux, très généreux, s’étendent sur plusieurs pages. C’est le cas de celui portant sur l’histoire de la pharmacologie et des substances psychoactives où le lecteur avide de la chronologie des principaux évènements reliés aux drogues se régalera.

À l’opposé de plusieurs chercheurs contemporains, l’auteur écrit sans constamment se référer à des études pour appuyer ses propos. Il préfère présenter une liste des références à la fin de chacun des chapitres. Cette façon de procéder ne permettra pas au lecteur de savoir exactement de quel ouvrage chacun des faits rapportés sont tirés, mais elle lui permettra de bien estimer l’ampleur des écrits sur lequel l’auteur s’est inspiré. Cette façon de faire a principalement comme avantage d’alléger la lecture du texte.

Une des grandes forces de ce livre se trouve dans les nombreuses définitions qui y sont présentées. Déjà, la première section du chapitre 1 s’intitule, à juste titre, «terminologie». La conclusion est quant à elle suivi d’un glossaire. L’auteur ne se limitera pas à définir les termes principaux dans ces deux sections, mais il le fera dans pour ainsi dire tous les chapitres.

Tous les livres que nous apprécions comportent un certain nombre de chapitres coup de cœur. Pour ma part, j’ai adoré les pages qui traitent des effets des drogues. On perçoit que l’auteur s’y trouve dans son élément d’expertise et qu’il y navigue avec une virtuosité peu commune. Les sections portant sur les critères diagnostiques mettent en valeur le côté pédagogique de l’auteur qui accompagne de près le lecteur dans des allées où il pourrait facilement se perdre. Bien sûr, j’ai beaucoup aimé lire les sections qui portent sur les liens drogues-crimes ; je m’y sentais très à l’aise, tant et si bien que j’aurais pu écrire certains de ces passages.

En somme, Mohamed Ben Amar nous présente ici une excellente recension des connaissances actuelles. Lorsque c’est possible, il oriente sa lorgnette vers les études canadiennes ou québécoises. Il ne se laisse pas détourner par des guerres de mots portant sur les bons termes à utiliser (toxicomanie, dépendance ou addiction ; drogues, psychotropes ou substances psychoactives) pour plutôt présenter les faits ou ce qui s’y rapproche. Il s’agit donc d’un livre de référence indispensable pour tout intervenant en contact avec des personnes dépendantes.

SERGE BROCHU
Professeur titulaire
École de criminologie
Université de Montréal


Références

S. Brochu, Drogues et criminalité : une relation complexe, 2e éd., Montréal : Presses de l’Université de Montréal , 2006.

S. Brochu et I. Parent, Les flambeurs : trajectoire de vie de consommation de cocaïne, Ottawa: Presses de l’Université d’Ottawa, 2005.

Statistique Canada, Tableau 105-1101 – Profil de la santé mentale, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes – Santé mentale (ESCC), selon le groupe d’âge et le sexe, Canada et provinces. Statistique Canada, Base de données CANSIM, 2012

Back To Top
Rechercher