skip to Main Content

De la justice à l’injustice : Révélations d’un justiciable

Jean-François Garcia
Paris, France : Éditions Auteurs d’Aujourd’hui. 2014

Notre revue ne peut pas se permettre de recenser tous les livres qui sont le fruit de témoignages à partir de l’histoire personnelle d’une personne qui a des démêlés avec la Police et la Justice. D’abord, parce qu’il y a trop de publications de cette nature, ce qui néanmoins n’est pas mauvais en soi. En effet, cette littérature populaire a quelques fois une grande utilité sociale et … pénale pour amener des changements au niveau de l’administration de la justice. Souvent, toutefois, de par sa nature, cette histoire personnelle va dans le sens (même justifié) d’une attaque sans nuances contre la police, la justice, la société. Il n’est donc pas dans la nature d’une revue scientifique de traiter d’une telle littérature, malgré son intérêt pour alimenter un débat public et peut-être un certain changement social.

À l’occasion toutefois, il me semble qu’il est utile pour le lecteur de notre revue d’entendre parler, ne fut-ce que brièvement, d’un livre de cette nature, soit parce qu’un tel « cri du coeur » doit ébranler et faire réfléchir même le scientifique et le professionnel de la justice, comme nous et moi, soit parce que l’élément proprement humain est tout à fait passionnant pour le citoyen que nous sommes tous.

Dans cette perspective, soulignons donc, succinctement au moins, le livre de Jean-François Garcia, « De la justice … à l’injustice », à titre d’exemple récent de ce genre de littérature. Détective privée de profession, père de famille, « innocent », dira-t-il, évidemment, et pourtant emprisonné, son livre entend dénoncer les lacunes d’un certain système de justice et rétablir la vérité pour « son honneur et celui de sa famille ». Il s’agit d’une description détaillée des péripéties d’un citoyen « normal » qui entre en conflit avec deux individus qui font des travaux de rénovation à sa résidence privée dans le sud de la France. Il n’est pas satisfait du travail de rénovation et refuse de payer immédiatement. Dès lors, les deux individus réclament sans cesse leur dû au point de déclencher une querelle verbale (menaces) et même physique (coups de poing) qui dégénèrent au point où la police et le tribunal doivent intervenir. Évidemment, l’auteur du livre se dit victime du système pénal et il décrit en long et en large le « mauvais travail » des policiers et de la Juge au dossier. À la fin, il est exonéré de tout blâme, mais après avoir été incarcéré indûment pendant près d’un an. Erreur judiciaire, sans conteste, appuyée par des faits bien documentés.

Un tel livre, écrit avec vigueur et un certain humour, et de tels témoignages sont nécessaires quelquefois pour amener la police et la justice à mieux « faire leur travail » et à améliorer la qualité des enquêtes policières et judiciaires. Un livre « coup de poing » que même des scientifiques et des professionnels dans le domaine de la justice ont intérêt à lire, à méditer, et à en tirer des leçons pour l’avenir.

André Normandeau
Université de Montréal

Back To Top
Rechercher