skip to Main Content

RCCJP – Volume 63.1 (2021)

Les Vorgines

Par Bernard Enker
Paris : Librinova. 2019. 248 p.

Ce livre est un peu spécial à recenser car il s’agit en fait d’un roman policier. Or, les revues professionnelles en justice pénale et en criminologie n’ont pas l’habitude de recenser un roman, évidemment. Par contre, un certain nombre d’ex-policiers publient à chaque année des livres à partir de leurs expériences professionnelles et, à l’occasion, une revue professionnelle en fait la recension, ce qui est fort intéressant pour les lecteurs car ils sont le fruit d’un vécu professionnel de valeur, la plupart du temps. Or, voici un autre cas de figure. En effet, le livre présent en recension, Les Vorgines, est un roman dit policier … écrit par un ex-policier de la Gendarmerie nationale française dont il a jadis dirigé l’École de formation à Vannes en Bretagne. Son vrai nom est Bernard Kneer mais, dorénavant, à titre de romancier, il utilise le pseudonyme de Bernard Enker, histoire de s’amuser un peu, je pense. Il a déjà publié deux autres romans, à savoir: « Le Chemin du loin près » (c’est vraiment le titre) et « Souffle et grains de sable ». Que des policiers ou des ex-policiers publient comme ça un roman ou deux, pourquoi pas ? Ça mérite au moins une courte recension … Pourquoi pas, en effet ?

À travers l’histoire sombre d’une enquête policière sur le viol et le meurtre d’une jeune lycéenne, Les Vorgines, roman autofictionnel, restitue surtout les doutes, les questionnements, les révoltes d’un policier « anonyme », loup solitaire et cultivé, qui mène sa mission dans les méandres d’une société chaotique. La vie cabossée des protagonistes, leur quête noire et douce-amère sont cependant illuminées de magnifiques escapades humaines vers les sommets de montagnes apaisantes, lieux propices à la méditation, si cher au cœur des romans provençaux de Jean Giono. Méditations pourtant troublées par une folle rencontre amoureuse, passionnée et sensuelle qui, subtilement, dévoile les interdits de l’intime féminin. À bout de souffle dans ce quotidien oppressant, ce fin limier, un moment, s’éloigne de sa quête. Sa fuite salvatrice et résiliente dans la beauté solaire et silencieuse du désert, est l’occasion d’une profonde réflexion sur l’existence et le cheminement intérieur des êtres à travers leurs propres expériences.

Avec Les Vorgines, l’auteur Bernard Enker, signe un inclassable récit, tout en délicatesse et sensibilité, qui devrait murmurer à l’oreille de nos lecteurs la beauté et la misère du monde tout autant que la joie et le bonheur de renouer avec la connaissance de soi-même dans le respect des autres.

Une fois n’est pas coutume. Que le lecteur de notre revue, juriste et criminologue, me pardonne pour cette recension succincte un peu spéciale. Après tout, le juriste et le criminologue sont aussi quelquefois des « citoyens-lecteurs » de romans policiers ou … autres types de romans.

ANDRÉ NORMANDEAU
UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

Back To Top
×Close search
Rechercher