skip to Main Content

Janvier 2015

Volume 57, No. 1 | Allez aux résumés

Articles

Page 1

La perception du prestige des occupations illicites par des délinquants
Yanick Charette

Page 35

Unemployment, GDP, and Crime: The Importance of Multiple Measurements of the Economy
Frédéric Ouellet et Pierre Tremblay

Page 59

Unintended Consequences of Multiple Bail Conditions for Youth
Jane B. Sprott and Jessica Sutherland

Page 83

Beyond Frequency: Perceived Realism and the CSI Effect
Evelyn M. Maeder and Richard Corbett

Page 115

Canadian Exclusion of Evidence under Section 24(2) of the Charter: An Empirical Model of Judicial Discourse
Melanie Janelle Murchison and Richard Jochelson

 

Résumés

 

La perception du prestige des occupations illicites par des délinquants

Yanick Charette
Université de Montréal

Le prestige occupationnel est une mesure utilisée en sociologie des professions pour déterminer le statut social d’un emploi sous la forme d’un continuum hiérarchisé. Cette mesure peut être définie selon : le revenu, le niveau de supervision, l’autonomie et les compétences. En se basant sur des entrevues auprès de délinquants incarcérés (n = 133), cette étude évalue si cette notion de prestige s’applique aux occupations illicites. Les résultats suggèrent que, contrairement aux occupations licites, les domaines d’activité des occupations illicites ne présentent pas d’homogénéité en ce qui concerne le prestige. Certaines caractéristiques définissant le prestige des occupations licites, comme le revenu et la compétence, contribuent aussi à définir le prestige des occupations illicites. Le milieu criminel présente des caractéristiques particulières, notamment la difficulté d’atteindre une stabilité occupationnelle. En étudiant le crime avec les mêmes concepts que ceux utilisés pour étudier la population générale, il est possible de mieux comparer les deux milieux pour en comprendre les rouages et les distinctions. La compréhension de la désirabilité sociale à l’intérieur du milieu criminel pourrait permettre de mieux comprendre les permutations dans une carrière délinquante, à savoir les allers-retours entre les activités criminelles et un emploi conventionnel.

_____________________________________________

 

Unemployment, GDP, and Crime: The Importance of Multiple Measurements of the Economy

Martin A. Andresen
School of Criminology, Institute for Canadian Urban Research Studies, Simon Fraser University

Le lien complexe entre le chômage et le crime est formé de deux mécanismes indépendants et antagonistes : l’effet de motivation et l’effet de tutelle/d’opportunité. Cantor et Land (1985), après avoir présenté un modèle synthétisant ces deux effets, ont découvert que l’effet de tutelle/d’opportunité dominait. Des études récentes mettent ces résultats en doute et utilisent le chômage pour mesurer la performance économique. Certaines de ces nouvelles études utilisent une mesure directe de l’économie des États américains : le produit étatique brut, par exemple. Dans cet article, le lien entre le crime et la performance économique est examiné à l’aide du chômage, du produit intérieur brut, d’une approche de modélisation hybride et des provinces canadiennes en tant qu’unité d’analyse. Nous avons découvert que le chômage et le produit intérieur brut sont importants en ce qui concerne le crime, que l’effet de tutelle/d’opportunité explique bien plus que la simple motivation et que la force d’un ou l’autre des effets dépend du type de crime analysé.

_____________________________________________

 

Unintended Consequences of Multiple Bail Conditions for Youth

Jane B. Sprott and Jessica Sutherland
Department of Criminology, Ryerson University

En vertu du Code criminel et, plus récemment, de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, les objectifs législatifs des conditions de remise en liberté sous caution semblent mettre l’accent sur les raisons de la détention, notamment assurer la présence au tribunal et réduire le risque de récidive. Alors que des études canadiennes ont exploré les effets de multiples conditions sur les chances qu’un contrevenant se retrouve devant un tribunal pour ne pas s’être conformé à une ordonnance, il n’y a eu aucun examen de l’effet de nombreuses conditions sur l’atteinte de ces principaux objectifs législatifs. À l’aide d’un grand échantillon représentatif de causes devant des tribunaux pour la jeunesse, nous étudions le lien entre l’imposition de nombreuses conditions et l’atteinte de ces objectifs. Nous découvrons que l’utilisation de nombreuses conditions de remise en liberté n’est pas associée à un plus haut taux de présence au tribunal ou à un plus petit taux de nouvelles accusations criminelles (violence, propriété, drogues). Au contraire, de nombreuses conditions ne sont liées qu’à un plus haut taux de manquement à se conformer à une ordonnance. La nécessité d’imposer de nombreuses conditions de remise en liberté est mise en doute.

_____________________________________________

 

Beyond Frequency: Perceived Realism and the CSI Effect

Evelyn M. Maeder and Richard Corbett
Carleton University

Bien que policiers, avocats, juges, voire certains membres de la communauté, croient que les émissions télévisées de type CSI ont eu un impact important sur le système de justice pénale (impact nommé « l’effet CSI »), des recherches empiriques n’ont pas démontré de lien entre l’écoute d’émissions policières et les verdicts. La littérature a néanmoins établi que de hauts taux d’écoute d’émissions policières sont liés à de plus grandes attentes concernant les preuves, différentes attitudes face aux types de preuves et différents niveaux (rapportés par les personnes elles-mêmes) de compréhension des preuves scientifiques. Cette étude tente d’élargir notre compréhension de l’influence de ce type d’émissions sur les attitudes, les attentes et les verdicts en examinant l’influence du réalisme apparent (c.-à-d. le degré auquel les émissions de télévision sont perçues comme étant des représentations réalistes et exactes du domaine dépeint) dans ce contexte, étant donné que certaines études ont identifié le réalisme apparent comme étant un modérateur des effets de la télévision sur les attitudes. Les participants durent jouer le rôle de faux jurés et lire la transcription d’un procès où la Couronne présentait des preuves génétiques. Les participants devaient aussi indiquer la fréquence à laquelle ils regardaient des émissions policières (fréquence) ainsi que le taux de réalisme dont ils croyaient que ces émissions faisaient preuve (réalisme apparent). Les résultats ont révélé plusieurs effets intéressants directs et indirects tant de la fréquence d’écoute que du réalisme apparent sur le traitement des renseignements, les attitudes et les prises de décision du faux juré. Ceci semble indiquer que, afin de bien comprendre l’effet que les émissions policières peuvent avoir sur des jurés potentiels, la fréquence d’écoute et le taux de réalisme apparent doivent être pris en compte.

_____________________________________________

 

Canadian Exclusion of Evidence Under Section 24(2) of the Charter: An Empirical Model of Judicial Discourse

Melanie Janelle Murchison
Queen’s University Belfast

Richard Jochelson
Department of Criminal Justice, University of Winnipeg

En 2005, Margit Cohn et Mordechai Kremnitzer ont créé un modèle multidimensionnel à 17 paramètres pour mesurer le discours judiciaire inhérent à la prise de décisions par les tribunaux constitutionnels. Un tribunal rendait une décision jugée « activiste » lorsqu’elle se trouvait à l’extérieur des limites constitutionnelles traditionnelles ou « empreinte de retenue » lorsqu’elle adhérait aux principes traditionnels. En 2012, Jochelson et coll. avaient opérationnalisé ce modèle pour analyser les changements importants dans l’interprétation, par la Cour suprême du Canada, des dispositions de la Chartre canadienne des droits et libertés sur les fouilles, les perquisitions et les saisies, avant et après les événements du 11 septembre 2011. Cet article utilise maintenant le modèle pour ajouter à cette analyse l’article 24(2) de la Chartre canadienne des droits et libertés sur l’exclusion des preuves. En utilisant l’échelle de Likert (de 1 à 10) pour chaque indicateur de Cohn-Kremnitzer, une valeur a été assignée à chaque variable de tous les dossiers, puis les dossiers précédant le 11 septembre 2011 ont été comparés aux dossiers suivant cette date. Notre analyse des données démontre une retenue accrue de la part de la Cour suprême dans 7 des 13 variables de discours judiciaires mesurés après le 11 septembre 2011, même après avoir tenu compte de la décision historique de R c. Grant (2009). Ces changements correspondent à la littérature sur la sécurisation suivant le 11 septembre 2011 : ces événements ont donné à l’État la permission de contrôler et d’utiliser la sécurité comme justification pour des actions préventives et prudentes. Bien que nous ne puissions pas affirmer l’existence d’un lien causal entre ces changements et les événements du 11 septembre 2011, les avertissements permettent tout de même des découvertes importantes, la plus intrigante voulant que la Cour ait modifié son discours sur l’exclusion de la preuve et fasse preuve de plus de retenue. Ces découvertes sont en lien avec d’autres études qui ont eu des résultats similaires dans le domaine des fouilles, des perquisitions et des saisies.

Back To Top
Rechercher