skip to Main Content

Avril 2018

Volume 60, No. 2 | Allez aux résumés

Articles

Page 141

Near Repeat Space-Time Patterns of Canadian Crime
Karla Emeno, Craig Bennell

Page 167

Offender Risk Assessment Practices Vary across Canada
Guy Bourgon, Rebecca Mugford, R. Karl Hanson, Marie Coligado

Page 206

Les interventions informelles de désistement assisté : une étude de la portée
Isabelle F.-Dufour, Marie-Pierre Villeneuve, Caroline Perron

Page 241

The Dynamic Theory of Homicide: Adverse Social Conditions and Formal Social Control as Factors Explaining the Variations of the Homicide Rate in 145 Countries
Marc Ouimet, Aurélien Langlade, Claire Chabot

Page 266

The Role of Defendant Race and Racially Charged Media in Canadian Mock Juror Decision Making
Laura McManus, Evelyn Maeder, Susan Yamamoto

 

Résumés

Near Repeat Space-Time Patterns of Canadian Crime

Karla Emeno, Craig Bennell

Des études antérieures ont trouvé que des cibles situées à proximité de cibles précédemment victimisées ont de plus grandes chances d’être victimisées elles aussi. Par contre, ce risque élevé de victimisation à cause de la proximité semble être temporaire et diminue avec le temps. Des données canadiennes ont rarement été utilisées pour étudier la victimisation à cause de la proximité, et il a été démontré que des modèles espace-temps exacts varient d’un endroit à l’autre. Cette étude aide donc à examiner une lacune dans la recherche en déterminant le regroupement espace-temps exact de crime répété à proximité pour trois types de crimes (cambriolage, vol dans un véhicule à moteur [VDVM] et voies de fait simples) dans trois villes canadiennes (Edmonton, en Alberta; Moose Jaw, en Saskatchewan; et Saint John, au Nouveau-Brunswick). Les résultats démontrent un regroupement espace-temps important de crime répété à proximité pour le cambriolage à Edmonton, le VDVM à Edmonton et le VDVM à Saint John, avec un modèle espace-temps exact qui varie d’un fichier de données à l’autre. Les conséquences de ces résultats, ainsi que certaines limites et directions pour des études futures, sont examinées.

_____________________________________________

 

Offender Risk Assessment Practices Vary across Canada

Guy Bourgon, Rebecca Mugford, R. Karl Hanson, Marie Coligado

L’approche canadienne dominante à la réhabilitation des contrevenants, le modèle risque-besoins-réceptivité (RBR), requiert l’évaluation de la chance de récidivisme des contrevenants et leurs besoins criminogènes (c.-à-d. évaluations des risques/besoins). Cette étude examine les évaluations des risques/besoins utilisées régulièrement par les services correctionnels canadiens et compare leurs étiquettes de catégories de risque. Tous les services canadiens utilisent un outil des risques/besoins pour le récidivisme général; la plupart utilisent des outils spécifiques aux crimes sexuels et quelques-uns utilisent des outils spécifiques à la violence conjugale. Il y avait, par contre, une diversité importante en matière de noms, de numéros et de significations des étiquettes de catégories de risque. Ceci pourrait entraîner différentes réponses face à la même personne, et ce, basé seulement sur la version de l’outil de risque utilisé dans un service spécifique. Nos résultats suggèrent qu’une attention accrue à la signification des étiquettes de catégories de risque pourrait faire en sorte que les contrevenants reçoivent des réponses les plus appropriées et justes de la part des services correctionnels.

_____________________________________________

 

Les interventions informelles de désistement assisté : une étude de la portée

Isabelle F.-Dufour, Marie-Pierre Villeneuve, Caroline Perron

On remarque un nombre grandissant d’études portant sur le désistement assisté, mais aucune étude n’a été menée pour en identifier les éléments probants. La présente étude de la portée montre que les interventions informelles de désistement assisté contribuent au développement d’une nouvelle façon de se percevoir, de percevoir ses liens sociaux (ou d’en développer de nouveaux) et qu’elles favorisent l’émergence de nouvelles identités. On ignore toutefois si elles contribuent à l’adoption d’un nouveau mode de vie. Des pistes de recherche sont suggérées afin de mieux cerner les effets à long terme des programmes d’intervention informels offerts aux personnes contrevenantes au sein du système sociopénal.

_____________________________________________

 

The Dynamic Theory of Homicide: Adverse Social Conditions and Formal Social Control as Factors Explaining the Variations of the Homicide Rate in 145 Countries

Marc Ouimet, Aurélien Langlade, Claire Chabot

Les comparaisons internationales du niveau de violence montrent que l’homicide est plus prévalent dans les pays moins développés économiquement. Or, le rôle de l’effet médiateur du système de justice n’a jamais été examiné faute de données sur le contrôle social formel. Au cours des dernières années, nous avons récolté des données auprès de 1223 experts, répartis dans 145 pays, pour connaître leurs opinions et perceptions sur le système de justice dans leur pays. Les résultats d’analyses d’équations structurelles (Amos) montrent que les conditions sociales adverses (pauvreté collective, pauvreté individuelle, inégalités économiques et jeunesse de la population) jouent sur la qualité du contrôle social formel (application de la règle de droit, absence de corruption, efficacité des agences de justice et appréciation des agences de justice). Bref, les effets des variables sociales, économiques et démographiques sur la violence, passe par la qualité du contrôle social formel.

_____________________________________________

 

The Role of Defendant Race and Racially Charged Media in Canadian Mock Juror Decision Making

Laura McManus, Evelyn Maeder, Susan Yamamoto

Cette étude examine l’influence qu’ont la race de l’accusé et l’importance de la race (manipulée par les médias diffusant des informations à connotation raciste) sur des jugements émis par de faux jurés canadiens. Deux cent dix Canadiens admissibles à être jurés ont lu, en ligne, un article soit neutre, soit à connotations racistes (général ou particulier à la race de l’accusé). Ils ont ensuite lu la transcription d’un procès où des accusations de conduite dangereuse d’un véhicule motorisé et de conduite avec facultés affaiblies étaient portées contre un accusé blanc, noir ou autochtone. Contrairement aux résultats précédents, cette étude ne montre pas que la race de l’accusé ou l’importance de la race a un effet sur le verdict ou les attributions causales. Par contre, lorsque la race n’est pas un facteur central du procès, le fait de rendre la race importante à l’extérieur du procès peut accroître les niveaux de préjugés raciaux pour quelques-uns de ces faux jurés. Lorsque l’accusé était de race noire, un article basé sur cette race particulière a semblé entraîner la recommandation de sentence la plus sévère, comparé à l’article neutre ou à connotation raciste générale. Inversement, pour ce qui est de l’accusé autochtone, toute mention de race entraînait des recommandations de sentence plus sévères, comparées à aucune mention de race. Les résultats ne semblent pas égaler ceux d’études américaines sur l’importance de la race. Au contraire, cette technique spécifique à l’importance de la race peut agir au détriment d’une minorité d’accusés dans un contexte canadien.

Back To Top
×Close search
Rechercher