skip to Main Content

Avril 2016

Volume 58, No. 2 | Allez aux résumés

Articles

Page 137

A Proposal for the Political Economy of Green Criminology: Capitalism and the Case of the Alberta Tar Sands
Michael J. Lynch, Paul B. Stretesky, Michael A. Long

Page 161

Exploring Differences between Successful and Unsuccessful Mental Disorder Defences
Michael Gulayets

Page 194

What Do Meaningful Consequences and Fair and Proportionate Accountability Mean to Youth Offered Extrajudicial Sanctions in Ontario?
Carolyn Hyde, Voula Marinos, Nathan Innocente

Page 221

Tendances violentes de la droite radicale au Canada : analyses chronologiques et facteurs d’influence
Maxime Bérubé

Page 251

Is Retail Alcohol Deregulation Correlated with More Crime and Traffic Injuries? Evidence from Canadian Provinces
Anindya Sen

Résumés

 

A Proposal for the Political Economy of Green Criminology: Capitalism and the Case of the Alberta Tar Sands

Michael J. Lynch, Paul B. Stretesky, Michael A. Long

Le concept de crime environnemental a été proposé en 1990 pour élargir la discipline et illustrer comment le crime contre l’environnement peut être interprété par le biais d’un regard critique influencé par la théorie de l’économie politique. Le crime environnemental n’a pas encore respecté cette promesse théorique. Au contraire, la perspective d’économie politique sur le crime environnemental demeure sous-développée. L’objectif de cette étude est de contribuer au développement d’une criminologie environnementale politique et économique en créant des liens entre le Marxisme écologique et le crime environnemental. Pour effectuer cette tâche, nous décrivons cinq propositions dont les criminologistes devraient tenir compte lorsqu’ils développent une criminologie environnementale du point de vue de l’économie politique. Ces propositions suggèrent que les forces destructives du capitalisme envers l’environnement s’opposent à la nature. Nous argumentons que les criminologistes environnementaux doivent se rendre compte que le capitalisme et la nature ne peuvent tous deux survivre à la longue. Le capitalisme est, par conséquent, un crime contre nature.

_____________________________________________

 

Exploring Differences between Successful and Unsuccessful Mental Disorder Defences

Michael Gulayets

Au-delà de la définition légale de l’aliénation criminelle, le verdict de « non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux » (NRCTM) est une construction sociale. Cette étude explore les différences entre les individus utilisant la défense d’aliénation mentale qui sont trouvés NRCTM et ceux qui utilisent cette défense, mais qui sont déclarés coupables. Les dossiers d’individus dont la responsabilité criminelle a été évaluée sur une période de deux ans alors qu’ils étaient en unité de détention provisoire à un hôpital psychiatrique judiciaire ont été examinés. Environ un quart (N = 36) de ces individus ont été trouvés NRCTM et les 102 autres individus ont été déclarés coupables. L’étude examine les différences entre ces deux groupes sous diverses perspectives comme les caractéristiques démographiques, les caractéristiques de l’infraction, les caractéristiques de la victime, l’historique criminel et psychiatrique ainsi que l’opinion du psychiatre. Les résultats indiquent que les facteurs les plus saillants différenciant les deux groupes sont des facteurs liés à l’opinion du psychiatre (ex. : diagnostic d’un trouble psychotique ou les recommandations faites par les psychiatres dans leurs rapports au tribunal). L’article se termine avec une discussion de l’impact de l’opinion du psychiatre sur la détermination d’aliénation criminelle et l’apparente influence croissante de la médecine légale sur les systèmes légal et de santé mentale.

_____________________________________________

 

What Do Meaningful Consequences and Fair and Proportionate Accountability Mean to Youth Offered Extrajudicial Sanctions in Ontario?

Carolyn Hyde, Voula Marinos, Nathan Innocente

Les sanctions extrajudiciaires (SEJ) en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents (LSJPA) sont censées conférer aux jeunes une responsabilité juste et proportionnelle et entraîner des conséquences significatives, mais on sait mal si ces objectifs sont atteints du point de vue des jeunes. Cette étude préliminaire cherchait à examiner les perceptions de jeunes qui ont accepté une SEJ à la même cour ontarienne. Des entrevues ont été effectuées auprès de jeunes (N = 20) qui ont donné leur opinion sur des programmes de grande valeur, comme le counseling, et de moindre valeur, comme l’écriture d’un essai sur l’impact d’avoir un dossier criminel. Certains jeunes ont dévoilé que le fait de se rendre en cour pour obtenir une SEJ était plus significatif et les a rendus plus responsables que les exigences du programme en tant que tel. Cette étude souligne l’importance de tenir compte de la perspective des jeunes si le système de justice pour les jeunes veut atteindre ses objectifs principaux. Une telle approche pourrait non seulement entraîner des résultats qui ont un plus grand impact sur leur comportement, mais aussi les transformer en participants plus prêts à devenir responsables de leurs actions et du processus légal.

_____________________________________________

 

Tendances violentes de la droite radicale au Canada : analyses chronologiques et facteurs d’influence

Maxime Bérubé

Notamment en raison de l’absence de partis politiques d’extrême droite à l’échelle nationale au Canada, peu d’études se sont attachées à comprendre quels étaient les facteurs pouvant influencer les variations du nombre d’actes de violence liés à cette orientation politique radicale. La littérature scientifique propose toutefois trois grandes familles de variables explicatives sur le phénomène, soit les conditions économiques, le développement social et la situation politique. Afin de mieux comprendre l’évolution de ce phénomène au Canada, nous avons recensé 241 incidents de violence perpétrés au nom de l’extrême droite entre les années 1977 et 2010. Cette étude montre, au moyen d’analyses de séries chronologiques ARIMA, que seules les conditions politiques sont liées aux variations des taux globaux de violence d’extrême droite. Également, on y constate que les facteurs explicatifs sont liés différemment avec les taux d’incidents plus spécifiques ayant trait à l’exclusion raciale, religieuse et homophobe.

_____________________________________________

 

Is Retail Alcohol Deregulation Correlated with More Crime and Traffic Injuries? Evidence from Canadian Provinces

Anindya Sen

Des données tirées de six provinces canadiennes de 1993 à 2011 sont utilisées pour estimer les effets des différences entre les systèmes de vente au détail de l’alcool sur les tendances des taux de crimes violents et de crimes contre les biens ainsi que les tendances des taux de morts et de blessures après un accident de la route, et ce, par habitant. Des estimés MCO de variables nominales représentant une vente au détail plus déréglementée sont soit non statistiquement significatifs ou alors significatifs et négatifs en ce qui concerne les différents types de crimes et de blessures liées aux accidents de la route. Ces résultats sont robustes face à l’inclusion de différentes covariables et aux effets fixes de la province/année. Des estimations de modèles de régression multivariée dévoilent aussi que la vente d’alcool par habitant n’est pas plus élevée dans les provinces où la vente au détail est déréglementée. Finalement, les données des Enquêtes sur la santé dans les collectivités canadiennes ne dévoilent aucune différence consistante entre les provinces réglementées et non réglementées en ce qui a trait aux beuveries express chez les adolescents et les jeunes adultes. En somme, les provinces ayant une vente au détail déréglementée n’ont pas de pires résultats que les provinces où l’accès est plus contrôlé.

 

Back To Top
×Close search
Rechercher